27 mai 2011

Photo de famille recomposée

Au dernier rang : Tata Gabrielle et tonton Pascal : Mariés depuis 15 ans, sans enfant : p’tet’ pour ça qu’ils sont toujours ensemble, maman dit toujours que les engueulades c’est souvent à cause des enfants. Là, pas d’enfants = pas d’engueulade = pas de  divorce : L’exception familiale. A côté : Papy Pierre et Mamie Nadette, sa seconde femme ; enfin, même pas puisqu’il s’est marié qu’une fois, avec mamy Suzette, ma vraie mamie. Parce que Nadette c’est la fausse, enfin, pas la fausse, mais pas la mienne, pas ma vraie mamie... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 01:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 mai 2011

25 ans

Nous, mères, donnons la vie, Est-ce un cadeau ? Une envie ? Un plaisir égoïste ou un profond désir de transmettre ? Lorsque l’enfant parait, si petit, si fragile, au creux de nos bras, nous laissons de côté les questions Parce que nous savons déjà que le temps va nous manquer, Que nous n’aurons pas assez de nuits pour veiller sur son sommeil Pas assez de jours pour le voir grandir, Pas assez de saisons pour l’aimer, le chérir autant que notre cœur contient d’amour. Nous n’aurons pas assez d’étés pour le voir s’émerveiller... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 00:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2011

La curiosité est un vilain défaut

Détrompez-vous, mesdames et messieurs, telle que vous me voyez, je ne suis pas curieuse. Et ne croyez pas non plus que je sois une menteuse ! Certes, ma position peu orthodoxe laisse à penser que je regarde là où il ne faut pas. Et vous vous demandez bien quel est l'objet de ma convoitise. Messieurs et dames, ne seriez-vous pas tout aussi curieux que je parais l'être en si fâcheuse posture ? Car, n'en déplaise à votre sens critique, ne jouez pas avec moi les hypocrites, A ma position saugrenue, vous ne vous intéressez point ! ... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
10 mai 2011

La guerre des trois n’aura pas lieu

J'ai deux mains dans mes poches, Deux chaises sur ma terrasse Et deux tomates pour ma salade Viendras-tu ? J’ai deux heures de retard, Deux explications valent mieux qu'une Deux baisers pour te le faire oublier Me pardonneras-tu ? J'ai un seul lit mais à deux places, Deux coussins bien douillets Deux lampes de chevet, Accepteras-tu ? J'ai deux bouts d'chou dans mon jardin Deux glaces à la pistache Deux sacs de bonbons acidulés Pour qui le premier ? Je suis entre deux âges Entre deux voyages Entre deux émotions ... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 19:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
05 mai 2011

Régine

Je me suis trouvée, et puis je t'ai retrouvée Je m'étais perdue, ente deux âges, entre deux vies Je n'étais plus l'une, je n'étais pas encore l'autre, J'étais dans les eaux troubles d'un entre-deux. Je ne cherchais rien, je n'avais pas de nostalgie, J'avais été quelqu'un, une fille, une épouse, une mère, Puis j'avais chaviré, et je m'étais presque noyée, M'était restée un gout d'eau salée dans ma tête en friche, Qui m'empêchait de sentir les odeurs d'un passé, Le parfum d'un quelconque avenir! Pardonne-moi, je ne le voulais... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 22:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
01 avril 2011

Un bout de marathon: On allait au cresson

On allait chercher du cresson, en bas dans la rivière. Il faisait beau, il fait toujours beau là-bas. Qui donc lançait l'invitation? Sur le petit muret, en rang d'oignons, au pied de l'unique arbre de l'endroit, on prenait l'ombre, les jambes pendantes, du côté où nous n'avions pas pied, du côté de la vallée. Des enfants en rang d'oignons, assis dos au chemin, jambes dans le vide, au dessus du rocher sur lequel s'appuyait une partie des maisons du village. Genoux écorchés, socquettes saucissonnées sur les chevilles, chaussures... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 22:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

01 février 2011

Léger malentendu

Je crois que je me suis trompé d’étage Je suppose que c’est ce qui vous met en rage Ne voyez aucune ambigüité A ma position qui semble déplacé Certes, je suis dans votre chambre Mais cette femme nue ressemble à s’y méprendre A ma charmante épouse qui doit s’inquiéter De mon retard injustifié Aussi monsieur, ne me tenez pas rigueur De cette malencontreuse erreur Je me vois très peiné De devoir vous quitter J’aurais aimé poursuivre cette conversation Tant est belle votre élocution Mais je ne veux vous imposer... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 octobre 2010

Deux livres

                             Les mots de Pati 4e de couverture Quatre personnages Quatre parcours de vie Trois générations qui se succèdent Un recueil de souvenirs, pour raconter des racines ancrées dans le 20ème siècle. Du pays basque à la région parisienne, on emprunte les chemins de vie de Roland, de son amour Fernande, de leur fille Michèle et enfin de l’auteur de ce livre, qui puise sa force dans son récit et dans... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 septembre 2010

Le miroir

Après mes impressions sur ma nuit marathon voici le texte écrit à 4 mains, que vous pouvez aussi trouver chez Pati et sur Kaléïdoplumes, dans les textes libres. C'est une belle journée d'été. Le soleil brille haut, et la clarté est telle, le ciel est si bleu, l'air est si dégagé que la vue se perd à des kilomètres, avec une netteté incomparable. Une de ces journées qui laisse l'esprit vacant, juste besoin de s’asseoir dans l'herbe et se laisser aller. Le pépiement des oiseaux accompagne ma rêverie, et rend le silence environnant... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 09:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
23 août 2010

Les odeurs de mon enfance

au hasard d'une conversation sur msn, nous avons, avec Pati dévié sur les odeurs (allez savoir pourquoi). Nous est alors venue l'envie irrésistible d'écrire de concert sur le sujet. Voici en ce qui me concerne, ce que cela donne: Comme tout enfant de la campagne, j’ai grandi avec les odeurs de mes racines. Je viens d’une famille humble, pour ne pas dire pauvre, où la vie se gagnait à la sueur de son front, aux crevasses de ses mains, à la chaleur du soleil brûlant l’été et aux gerçures du vent glacial l’hiver. J’ai donc grandi... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 16:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :