09 juin 2011

Les premiers jours du reste de ma vie

J’étais parti sans laisser la moindre trace. Je désirai quitter Paris, son brouhaha incessant, son ciel gris et mon travail stressant. J’avais vendu l’appartement, et donné à Emmaüs tout ce qui le meublait. Je ne voulais rien prendre. Ma réussite fulgurante n’avait pas rassasié mon désir de vivre à cent à l’heure, ni ce besoin de repousser toujours plus loin mes limites. Entré simple pigiste dans ce grand hebdomadaire parisien, j’en avais gravi les échelons en quelques années. Je me retrouvai à quarante ans à la tête de la... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2011

Un simple bout de bois

Elle est d'un bois robuste, lourde d'histoire et d'espoir Elle vient d'où, et comment se retrouve t-elle entre mes mains Je ne sais pas, je ne sais plus mais elle est là, Indestructible malgré le temps et les coups  Usée jusqu'à avoir formé un creux d'un seul côté, du côté où tu coupais, découpais cisaillais la volaille ! Du côté où je continue à couper, découper, cisailler les viandes et rôtis. Elle vient de toi maman, bien sûr, qu'aurai-je pu choisir d'autre de toi ? Qu'un objet utile, solide, venant de la terre ! Elle... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
05 avril 2011

Les grands et beaux principes

Je voudrais avoir de beaux et grands principes, de ceux qu'on brandit en étendard. Savoir toujours, de quel côté pencher, avoir des valeurs, aimer les donner en exemple. Mais je ne suis qu'humaine et je trébuche parfois, sur ma colère, mes frustrations, ma peur aussi.   Chacun a sa part d'ombre, la lumière ne peut pas être toujours là. Je suis contre la peine capitale: peut-on être juge ou bourreau, avoir droit de vie ou de mort? Je reste du côté de la lumière, du côté de ceux qui donnent la vie. Mais si tu touches à mon... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 09:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 mars 2011

Ecriture automatique *

  ";" alt=""> The Turn. Fredo Viola Pousser la porte, sur la pointe des pieds, sous la pointe de notes.   Prendre ses marques. Oser ? Ou pas… Oser ! Porte épaisse en bois ouverte sur le silence, à l’abri du soleil, à l’abri du froid, à peine. Lumière rouge qui brille tout au fond. Je cherche, du regard, du cœur ou du corps, où mes pas vont m’amener… Je ne crois pas en toi Dieu inhumain, je ne crois plus en toi Dieu si loin de nous, si loin de tout… J’envie ta maison, j’envie tes longs bancs de bois où... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
09 mars 2011

Je marche

Pour toi aussi je marche C’est pour toi que j’arrache Pas après pas  au paysage Le moindre trait de son visage   Je marche pour que tu rêves Sans effort tu soulèves Une vague de sable un nuage amer Une larme de pluie rejetée par la mer   Tu rêves je suis tes yeux A l’infini et en tout lieu Un mot une couleur une odeur Source de vie aucune peur   Tes yeux marchent la terre Un bout de ciel point de prière Je suis poète si tu le souhaites Témoin j’arpente sans quête   La terre mon pays La... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 10:27 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
23 février 2011

Pause parapluie

Y’a quelqu’un qui m’a dit que la pluie nourrissait  La terre et les âmes   Que tu sois du Nord ou du Sud Le teint blanc ou bien noir de peau La pluie gorgera tes rizières, lavera tes maux On dit que lorsqu’il pleut, c’est le monde qui pleure Sur quoi bon dieu ? Ne pouvons-nous le rendre heureux ? À moins que ce ne soit pour laver les affronts Sans cesse répétés depuis des millénaires Bien au-delà des frontières Ils disent que le ciel pleure sur des morts inutiles Çà et là, ils jonchent le sol d’un pays sans... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 10:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

16 février 2011

Speed dating

_  Thé ou café ? Avec ou sans sucre ? Café, avec un sucre s’il vous plaît. Ce que j’aime dans le café, ce n’est pas tant le goût mais l’odeur. Aimez-vous l’odeur du café lorsqu’il envahit la maison ? Moi j’ai l’impression d’être enveloppé dans du coton à peine la première goutte perlée. _ Seriez-vous poète ? Simplement épicurien. Vous avez de jolies mains mademoiselle, des mains d’artiste ? _ Des mains qui aiment la musique. Je joue du piano, j’aime l’odeur des notes qui envahissent mon salon dès la première touche... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 février 2011

Le livre sacré

Photo de Sherkane Le temps s’arrête ... A l’instant même ou son index se pose sur la page noircie de caractères. Je retiens mon souffle, j’attends que la voix du vieil homme emplisse l’espace. J’ai peur et je suis impatient à la fois. Peur de ne pas trouver ce que je suis venu chercher ici-même. Impatient de connaître le secret qui se trouve sous les yeux du moine tibétain. Et si le livre sacré ne me donnait pas de réponse ? Et si j’avais fait tout ce chemin pour rien ? Et si mon rêve s’écroulait aujourd’hui ? Des années de... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
01 février 2011

Léger malentendu

Je crois que je me suis trompé d’étage Je suppose que c’est ce qui vous met en rage Ne voyez aucune ambigüité A ma position qui semble déplacé Certes, je suis dans votre chambre Mais cette femme nue ressemble à s’y méprendre A ma charmante épouse qui doit s’inquiéter De mon retard injustifié Aussi monsieur, ne me tenez pas rigueur De cette malencontreuse erreur Je me vois très peiné De devoir vous quitter J’aurais aimé poursuivre cette conversation Tant est belle votre élocution Mais je ne veux vous imposer... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 14:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 janvier 2011

Un vieillard meurt, une bibliothèque brûle

Je suis mort ce matin, J’étais la mémoire d’un village, Je me souvenais de tout : Du premier cri de l’enfant né De la prière qui fait venir la pluie, J’étais l’homme qui marchait dans le désert, celui qui pense libre J’étais celui qu’on assassine parce qu’il refuse de se soumettre Je suis mort ce matin, Et mes amis me pleurent Je connaissais l’histoire du vent qui assèche les gorges Et de la plante qui apaise la douleur, Je chantais l’Afrique aussi J’étais le regard bienveillant sur vos... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 09:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,