16 novembre 2007

L'évidence

Je viens de finir le marathon des bloggeurs. J'ai écris pendant 9 heures d'affilées et j'ai pondu 10 textes. Je suis épuisée, mais contente de ma performance :o) Texte 2: L'évidence Ca arrive d'un coup, en un instant. Pourquoi à cet instant précis? Je ne sais pas, peut être parce que tout simplement c'est le bon moment. On discute, comme souvent. Elle nous parle de la pluie, du beau temps. Rien de plus, rien de moins que les autres fois. Y a t-il un mot en plus? un mot de trop? Ou peut être un regard, une expression, un geste. On... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 19:14 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

14 novembre 2007

Nouveau marathon et ancien texte

      Alainx a lancé le marathon d'automne des bloggeurs. Ca se passe ici Je me suis évidemment inscrite et j'ai hâte d'y participer à nouveau. Le but étant d'écrire toutes les heures le plus longtemps possible. La marathon aura lieu jusqu'à dimanche soir. Je n'ai pas encore choisi le jour, mais j'ai déjà hâte. Concernant le marathon de printemps, j'avais écrit 15 textes. Deux seulement figurent ici. Je pense mettre les plus interessants dans mon blog, en les disséminant par ci par là. Mais pour vous donner un... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 10:43 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2007

Des feuilles, j'en veux!

Il y a quelques jours, je vous parlais d'une vieille dame qui passe ses journées à balayer la rue. Vous vous êtes sans doute dit que j'exagérais. Alors voici des preuves. Je n'ai pas osé prendre en photo la dame, mais le résultat est là: Voici un bout de ma rue: Et voici la rue, juste à côté, celle qui n'est pas balayée: Snif, je vais déménager. Je veux des feuilles devant chez moi :o(
Posté par cassymary à 18:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
11 novembre 2007

un onze novembre

Un onze novembre, tes jours sont à présent comptés. Parce que ce jour là, j'ai été  maître d'oeuvre de ton départ en pointillés. Dans l'ambulance qui t'amenait, tu devais avoir la tête qui te tournait. Peut être essayais-tu de te souvenir de ce parc, des ces murs blancs, de ces larges couloirs. Mais ce n'était pas ta mémoire qui vacillait, juste le lieu qui t'était inconnu. Je n'avais pas dormi la nuit précédente, cette décision si lourde de conséquences, cette décision me torturait. Et si la solution était ailleurs? Tu... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 02:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
10 novembre 2007

1977 :1er partie

      Un dimanche après-midi. Nous sommes 3 autour de la table. Ma soeur, moi et notre ami d'enfance. Les cartes sont posées devant nous, prêtes à être distribuées. Nous nous retrouvons souvent pour jouer à la belote. Mais ce jour là, il nous manque un comparse, le frère de mon ami qui n'a pu venir. Alors on se regarde tous les 3, et on cherche une solution. Et puis mon ami a une idée: " penchons nous par la fenêtre, et la première personne qui passe dans la rue, si l'un de nous la connait, il l'invite à monter... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 01:15 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
07 novembre 2007

une feuille, deux p'tits feuilles, encore des p'tits feuilles

      Elle ramasse les feuilles, du matin au soir. Un balai, une pelle, et c'est parti. Du matin au soir, elle balaie les feuilles. Le matin dès 8 heures. devant chez elle. A midi tout au bout de la rue. En fin d'après-midi devant chez moi. Et même le soir, quand la nuit est tombée, elle ramasse encore. Elle dit que les employés municipaux ne font pas bien leur boulot. Elle dit que de toute façon, dans ce bout de rue, à sens unique,, au bout du lotissement, la mairie nous oublie. Elle dit que ça fait sale. ... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 18:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

05 novembre 2007

Tata Gatô

Tante Babette prit une longue inspiration. Juste au moment où l’horloge sonna 2 fois. C’était le signal.«Allez Jojo, c’est l’heure» Je déverrouillai alors la porte et eu à peine le temps de me précipiter derrière le comptoir. Ma tante, sourire aux lèvres, regardait les visages enjoués de tous les gamins qui entraient. Il faut dire qu’il y avait de quoi être émerveillé par  les trésors accumulés dans ces quelques mètres carrés. Le jeudi, il n’y avait pas classe. Avec elle, je me levais aux aurores, et c’est dans une cuisine... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 10:06 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
01 novembre 2007

1976: 16 ans

Le week-end, quand je rentre de pension, je retrouve souvent les copains. Nous habitons une petite ville: une seule école, un seul collège. Nous nous connaissons souvent depuis la primaire. Quelques liens se sont noués, malgré mes difficultés à être avec les autres. C'est une période plus facile pour moi. J'ai bientôt 16 ans, je m'intéresse aux garçons et ils me le rendent bien. Nous nous retrouvons au parc. Il y a le noyau dur: ma voisine et amie, des copines de collège, mon ami d'enfance, et leurs copains et copines réciproques,... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 11:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2007

Etat des lieux

Les prémisses: D'abord il y a cette angoisse, sourde, vicieuse, qui monte, lentement, irrémédiablement. Ca commence quelques jours avant, ou bien quelques heures, ou quelques minutes avant. Elle envahit chaque parcelle de mon corps. Je sais que le compte à rebours à commencer, et j'assiste impuissante à sa prise d'arme. Ensuite il y a mon cerveau qui se met en mode accéléré. J'ai du mal à rassembler mes idées, je me sens désarmée car je sais que je ne peux que subir. Et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayer. mais mes armes à... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 19:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
28 octobre 2007

tu veux ou tu veux pas!

Je remets ma boîte à coms. Vous allez me dire que je ne sais pas ce que je veux. C'est vrai. Mais ce qui m'embête le plus, c'est qu'il y a des gens qui m'ont écrit (ils se reconnaitront) des choses qui m'ont vraiment, vraiment émue. J'ai l'impression quelque part de les frustrer à ne pas laisser la place au commentaire. c'est comme si je fermais la porte aux dialogues. Je crois que j'ai envie que vous sachiez qu'ils sont là. Que je suis fière qu'il soient là pour moi. Et puis aussi, je me rends compte que c'est plus facile de me... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 22:22 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :