28 juin 2007

Aveyronnaise

"Roda que rodaras, totjorn al païs tornaras" [voyage tant et plus, toujours au pays tu reviendras] J'étais de celle qui avait besoin de repères. Mes racines étaient ancrées en Aveyron. En partir était équivalent à m'arracher une partie de moi. La vie m'a emportée ailleurs. Ces ailleurs ont été nombreux. Je sentais même loin que mon corps avait besoin de cette terre là, parce que c'est là et nulle part ailleurs qu'il y puisait l'essence même de sa vie. Pourtant, pourtant ma tête était en friche, et cherchait un endroit où se... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 21:54 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

26 juin 2007

Quand une fleur de courgette rencontre une herbe folle

Elle porte le prénom d'une de mes filles. Ses yeux ont la clarté de ceux d'une autre de mes filles. Elle a le sourire  franc de mon fils. Elle a je ne sais quoi de pudeur qui ressemble fortement à mes pudeurs à moi. Je la sens fragile et inquiète parfois. Sa simplicité m'a plu à son premier sourire, à ses premiers mots. Madame la propriétaire de cette jolie fleur de courgette, c'était un grand plaisir de me savoir sur la même longueur d'onde. Mais ce fut bien trop court. J'ai encore plein de questions en suspens. Le soleil... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 21:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
23 juin 2007

Ricochet 1971

  11 Ans. C'est la rentrée en 6 ème, au collège, à deux pas de là où je demeure. Je suis petite, trop petite. On me prendrait facilement pour une enfant de 8 ans, ce qui me vaut les places d'honneur, au premier rang face au tableau noir, devant l'estrade où les profs défilent. Toujours aussi timide, toujours aussi introvertie, je suis mal à l'aise face à ces adultes. Ce n'est plus l'institutrice presque maternelle mais plusieurs professeurs que, soit j'indiffère, soit j'énerve par mon côté trop renfermé. 11 ans, c'est aussi... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 23:12 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
21 juin 2007

Rives et dérives

Alors que je m'interroge sur le bien-fondé de ma boîte à com (oui c'est pas très original) Il faut dire que j'avais lu l'idéaliste et puis aussi Pivoine, et quelque temps avant Alainx. Et que bon bref, je suis comme beaucoup d'autres, je me dis pourquoi, à quoi ça sert. Pour qui j'écris, le fait d'avoir des commentaires valorisent il mes écrits. Est ce un gage  de qualité que de recevoir des coms  agréables. En fait non, je ne pense rien de tout ça. Je ne me pose pas vraiment la question. J'ai compris depuis longtemps que... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 20:29 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
20 juin 2007

Mon toubib

Hier soir, j'ai été voir mon toubib. Pour lui dire au-revoir. Il faut vous dire que j'ai une tendresse toute particulière pour lui, et que ses paroles au fil du temps m'ont prouvée qu'il en avait autant pour moi. Il a été durant 7 ans le témoin de nos bobos familiaux, petits et grands. mais il a été bien plus que ça. Il a regardé mes enfants grandir, il s'est inquiété pour mon aînée, lorsqu'elle est passée par des moments difficiles. Il l'a soutenue, l'a écoutée, l'a encouragée, l'a guidée vers les personnes compétentes qui... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 20:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
18 juin 2007

mes projets

Un rendez vous qu'on annule au dernier moment. Une situation que l'on évite. Des amis qu'on refuse de voir, prétextant des tas de raisons. Des réunions d'école que l'on zappe. Des magasins que l'on fuit. Des fêtes de famille que l'on oublie. Et j'en passe. J'en passe tant et tant de ces situations vécues ou à vivre. Seule depuis 4 ans, n'ayant de compte à rendre à personne, si ce n'est à moi-même, je gère, plutôt mal que bien, mais je gère. Si je fuis, je n'ai aucun regard interrogatif posé sur moi. Si je panique, pas de regard... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 22:50 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

15 juin 2007

Ton silence

Avant qu'elle ne tombe malade, quelques mois avant son décès, je n'imaginais même pas qu'elle puisse disparaître. Pour moi, c'était évident, elle survivrait des années à mon père. Et je pourrai enfin aller à l'essentiel avec elle, découvrir enfin qui elle était vraiment. Passer du temps, parler, échanger, lui poser toutes ces questions qu'elle aurait, avant,  balayer d'un revers de main devant son mari. Je n'aurais pas calculer mon temps.  J'aurai profité d'elle. Il n'aurait plus été là entre nous, à pourrir... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 20:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
14 juin 2007

Mon chien, ce comédien.

Mon chien fait le mort, si possible au milieu de la route, si possible juste au moment de rentrer, si possible lorsque je dois juste après aller prendre mon train pour Toulouse. Bref, au moment où je n'ai pas vraiment le temps, mon chien me fait une démonstration de ses talents de comédien. Sauf quand il pleut. Parce ce que quand la route est mouillé et son pelage trempé, simuler son agonie sur le goudron ne le motive pas plus que ça. Mon chien n'a rien trouvé de mieux, pour me montrer qu'il n'avait pas du tout envie de rentrer à... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 18:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :
13 juin 2007

Chef d'oeuvre en péril

photo de Nicola Ranaldi La peau? je l'ai voulue douce et tendre, comme la peau d'une pêche. Les cheveux? Je les ai voulus brillants et soyeux, pour s'envoler au vent comme les blés dans les champs. Le ventre? Je l'ai voulu rond et accueillant, comme la coquille protégeant le poussin. Les seins? Je les ai voulus ronds et fermes, pour contenir dans une main aimante. Les épaules? Je les ai voulues larges et solides pour supporter les fardeaux de la vie. Les mains? je les ai voulues longues et puissantes, pour soulager, guérir et... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 00:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
11 juin 2007

Ricochet 1970

Dès qu'on l'a entendu se lever, je suis repartie me glisser dans mon lit. -"Qui a parlé?" a t-il hurlé. Je tremble, je sais déjà que rien ne va l'arrêter. Ca n'arrive pas souvent, mais quand ça arrive, rien ni personne ne peut l'arrêter. Son regard est comme fou, ses gestes sont saccadés, ses muscles tremblent sa colère. Aucun son ne sort de ma bouche. Je suis tétanisée. je sens qu'il peut me tuer, je crois qu'il peut me tuer. -"Qui a parlé?" répète t'il. Il est tout près de mon lit. -"Moi!" Dit elle d'une voix claire et sûre. ... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 23:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :