29 juin 2008

Je est vivant

En lisant les textes des autres marathoniens  Je suis tombée sur cette phrase: "Je veux mourir vivante" Que dire de plus? Si ce n'est que c'est le genre de pensée qui a l'air absurde alors qu'elle se suffit à elle même.C'est le genre de pensée qu'on peut croire ridicule et qui est pourtant si lourd de sens.C'est le genre de ritournelle qui me trotte dans la tête, sans que j'y pense vraiment. Et pourtant, c'est le genre de phrase qui me saute aux yeux, comme une évidence. C'est comme lorsque Rimbaud me donne à lire: "Je est un... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 21:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

24 juin 2008

Marathon d'écriture

Ces deux derniers jours j'étais ici
Posté par cassymary à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 juin 2008

Chayton

Nous avons été envoyé ici en 1958. J'avais 10 ans, mon frère 5.Lorsqu'ils sont venus nous chercher, mon frère s'est accroché aux jupes de maman. Il hurlait, il avait peur. J'ai voulu me battre pour les empêcher, mais ils étaient plus forts que moi.On nous a traîné dans des camions, puis dans des trains. On a voyagé longtemps.A l'arrivée, on nous a séparé. La première chose qu'ils ont fait, c'est de me couper les cheveux. Mes larmes coulaient à mesure que les mèches tombaient à mes pieds. Je ne comprenais pas ce qu'ils me voulaient.... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 00:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
16 juin 2008

16 juin

Le 16 juin a toujours été une date importante pour moi. Depuis quelques années, elle est bien plus que ça. Me souvenir du jour de ta mort n'est qu'un détail sans vraiment d'importance. Me souvenir du jour de ta naissance est vital.   A l'approche de la date, je sens monter en moi un trop plein d'émotion. Tendresse et tristesse à la fois mêlées.   Souvenirs qui remontent à ma mémoire, Morceaux de vie éparses, Lambeaux de petite enfance, Moments de partage dans la chaleur du foyer. Instants parfois complices,... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 00:02 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
12 juin 2008

L'objet convoité

Ce qu'il a toujours cherché à faire, c'est punir l'autre, pour calmer sa propre frustration.Si lui ne peut être heureux, si il est contrarié, s'il il ne peut obtenir ce qu'il veut, alors il fait en sorte que ceux qui lui sont le plus proches soient aussi contrariés, malheureux, frustrés. Il guérit sa frustration en faisant souffrir l'autre, si possible son enfant. Lorsque j'étais gamine, il me punissait sans aucune raison, juste quand lui était contrarié. Il m'enlevait mes jouets, ou bien m'enfermait dans la chambre, ou bien me... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 23:09 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
10 juin 2008

Retrouvailles

Assis au milieu des marches qui montent vers l'église, j'attends. Je vais attendre des heures, des journées entières s'il le faut. Rien ne peut me détourner de la mission que maman m'a confiée. De là, on peut voir jusqu'au fond de la vallée. L'unique route qui monte au village est là, sous mes yeux. Elle serpente en suivant le ruisseau, un filet d'eau en hiver, qui grossit au printemps avec la fonte des neiges. Les ruelles du village ont été nettoyées des bouses de vache. Devant chaque maison, on a sorti les jardinières qui... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 22:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

08 juin 2008

Le temps s'est arrêté.......

......Dans cette ruelle.Ce pourrait être n'importe où, de préférence dans le sud.Ce pourrait être n'importe quand,mais plutôt au printemps.Ce pourrait être n'importe comment,du moment que l'accent est chantant.Le bonheur aime les jeux d'ombre et de lumière des vieilles pierresainsi que le chant des grillons tout près, dans les herbes hautes du pré.
Posté par cassymary à 00:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
07 juin 2008

L'aligot

Ce soir, la rue des primevères s'est transformée en rue du bonheur. On a tous mis nos habits endimanchés. Les foins se terminent. Il est temps de laisser l'accordéon prendre le relais. On a sorti les tréteaux et les grosses planches en bois des greniers. Les nappes sentent la naphtaline. Les pichets sont remplis de la cuvée de l'an passé. Les femmes sont aux fourneaux. Aligot pour tout le monde. C'est la mère Denis qui touille le fromage. Admirez son tour de main. Ça filasse, ça filasse. A 75 ans passés, elle reste la meilleure... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 00:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
06 juin 2008

La fin d'une aventure

Paroles Plurielles s'arrête. Après Obsolettres, j'avais trouvé un endroit confortable où ma plume pouvait à nouveau se libérer.Un peu moins présente ces derniers temps, j'ai découvert sans surprise la décision de Coum de mettre le mot fin sur cette aventure. Depuis que j'ai ouvert Kaléïdoplumes, je me rends compte du travail et de la disponibilité qu'un atelier d'écriture exige. Coumarine se tourne vers d'autres projets, notamment l'écriture, peut être d'un nouveau livre? Combien d'écrivains en herbe ont découvert le plaisir d'écrire... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 00:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
29 mai 2008

Oublier

Je ne me souviens plus de son prénom. Avec le temps, on oublie les prénoms, pas les visages. C'était un cousin éloigné. Nous allions de temps en temps chez ses parents, avec les miens et ma soeur. On s'entendait bien avec lui. Plus âgé de quelques années, il avait un côté très protecteur. Et puis au fil du temps, il s'est rapproché de ma soeur. Elle avait 18 ans, à l'époque. Il admirait sa réussite scolaire. Un bac scientifique en poche, elle s'apprêtait à faire math sup. Je crois qu'il était très amoureux, mais psychologiquement... [Lire la suite]
Posté par cassymary à 00:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :