Je complète à mon tour le billet de Pastelle  intitulé: "À m'asseoir sur un banc" parce qu'elle m'y fait un clin d'oeil avec un banc que j'aime particulièrement, et parce que j'aime les bancs et je les photographie aussi beaucoup. 

Je rebondis  aussi sur le billet d'Alainx intitulé "... 5 minutes avec toi!" . Il y écrit: "Je complète le titre d'un billet de Pastelle « A m'asseoir sur un banc… » (qui évoque une chanson de Renaud), parce que ses photos ont eu sur moi un pouvoir évocateur auquel je ne m'attendais pas".

En fait, je ne vais pas rebondir sur leur billet respectif, je vais les prolonger à ma façon, en vous parlant de mes bancs à moi, et plutôt que "regarder les gens tant qu'y en a" comme le chante Renaud, je vais inviter une personne sur certains de ces bancs, pour lui faire partager un bout de ma vie, car tous ces bancs que je vais vous présenter représentent un bout de ma vie. 

-------------------------------

Lui c'est mon banc de pierre. Il trône au milieu de mon jardin. Je voudrais m'y asseoir avec mon petit-fils et lui raconter: C'est l'histoire d'un banc qui a voyagé et qui peut-être, sans doute, voyagera encore. J'ai fait sa connaissance en 1993 en achetant une maison en Charente. J'ai aimé ce vieux banc et quand il a fallu partir, quelques années après, je n'ai pu me résoudre à le laisser derrière moi. Depuis il est de chacun de mes déménagements. Il a déjà connu 4 maisons différentes. Chacun de mes enfants s'y est assis pour lire, jouer ou rêvasser. Mon petit-poisson fera de même, il grandira près de ce banc, où qu'il soit posé.

1

-------------------

Sur ce banc là, j'y amène ma soeur. Il est situé en Aveyron. Il pourrait être n'importe où en Aveyron puis que ma famille maternelle y est disséminée. J'ai choisi un banc à Laguiole car la ville est proche du petit village de Nayrac où ma soeur et moi avons vécu enfants, dans une ferme qui a inspiré le premier livre que j'ai écrit : "Beauregard". L'Aveyron, ce sont nos racines, on les a gravées au plus profond de notre être et où qu'on aille, cette terre nous inspire, nous aspire, nous rend heureuses. Loin des yeux mais jamais, jamais loin du coeur! 

2

------------------------

Ce banc est situé près de chez moi, au bord d'un lac. J'y vais à vélo, ou à pied, accompagnée de mon chien. C'est donc Balto que j'embarque près de ce banc. Je pose mon vélo et je m'asseois pendant qu'il se dispute avec le cygne blanc (une vraie teigne ce cygne!!!). 

3

-----------------

Lorsqu'il fait beau et que nous ne sommes pas en rando, je fais une balade avec mon chien tous les jours. Quand je ne vais pas au lac des Carolins (photo ci-dessus), je vais au bois de Bastard. J'amène donc à nouveau Balto. Cette fois, nous nous enfonçons profond dans le bois pour rejoindre ce banc. Nous y allons en été, lorsqu'il fait très chaud pour permettre à Balto de se baigner. Les promeneurs restent la plupart du temps dans les allées principales. Nous aimons, avec Balto, prendre les sentiers buissonniers. Je me fais parfois quelques frayeurs en croisant un promeneur inattendu. 

4

-----------------

Un banc blanc, près d'un sentier de randonnée. Celui-ci est à Embeye mais le lieu n'a pas d'importance. Sur ce banc j'y invite ma maman pour qu'elle me dise à quoi elle pensait chaque fois qu'elle s'asseyait sur son banc blanc, au milieu de la petite place de quartier, devant l'immeuble où elle vivait. Elle y passait des heures entières sur ce banc blanc. Maman, je t'ai trouvé un banc blanc, à l'ombre et isolé. Viens, parlons, viens, tu me manques et j'ai oublié de te poser tant de questions. J'ai besoin maintenant de toutes ces réponses!

6

--------------------------

Celui-là est à Saubusse, dans les Landes. Il est très haut (impossible pour moi d'y grimper) et fait de palettes de bois. Il est au bord d'un fleuve. J'y amène mon fils. Il est grand, il saura y grimper. Il faut que je lui dise que depuis qu'il est parti de la maison, il me manque. Je sais, il revient de temps en temps, il sera toujours là pour moi, il me téléphone et je suis toujours sa confidente. je sais tout ça mon fils mais vois-tu, ce qui me manque c'est de ne plus pouvoir dire  que ma maison c'est ta maison.  C'est de ne plus entendre tes pas dans la chambre du haut, de ne plus recevoir tes textos: "y'a quoi à manger à midi" Tous ces petits rien qui faisaient que ma maison était ta maison. 

7

----------------

Un banc improvisé, sur une plage un jour d'hiver. J'y vais seule. Je m'asseois et je regarde l'horizon pendant des heures. Je pense à tous ceux que j'aime. je m'inspire de tout ce qui m'entoure et j'ai alors une furieuse envie de prendre la plume et d'écrire. 

8

--------------

Ce banc est sur l'île d'Oléron. Il est suffisemment large pour que j'y invite mes 3 enfants. Nous nous souviendrons alors de tous ces week-ends passés sur cette île lorqu'ils étaient petits et que nous habitions en Charente. Le mobilhome près de la plage, le marché aux poissons, la pêche à la crevette à marée basse, les balades à vélo jusqu'au phare, les marches le long du port de la Cotinière, les réveils pluvieux et les couchers de soleil au dessus de l'océan.  

9

-------------------------------

Un banc à Corte, j'y amène mon conjoint et nous ressortons les souvenirs vieux d'à peine quelques années. Pour mes 50 ans, nous nous étions offert un séjour en Corse. J'ai tout aimé là-bas, les plages, les montagnes, les villages perdus dans l'arrière-pays, les petits ports de pêches. Un condensé de que qui peut exister de plus beau sur cette terre. Un endroit où je pourrais vivre. 

10

-------------------

Biarritz l'élégante, son rocher de la vierge et son banc. J'y amène ma fille cadette, la chanteuse. Elle aime le Pays Basque. Avec elle nous évoquerons les chansons en préparation, et une rando le long du littoral, du côté de Pasaïa. Elle aura mis un foulard sur ces cheveux blonds, pour se protéger du soleil. Ses yeux reflèteront l'océan et ils seront plus bleus que jamais. Je la regarderai du coin de l'oeil en me disant qu'elle est belle et que je suis fière de la femme qu'elle est devenue.

11

--------------------

Ce banc est sur un sentier de randonnée, près de Belekarre, en Pays Basque intérieur. Alainx, puisque c'est toi, entre autre, qui m'a inspiré pour ce billet, c'est toi que j'amène. Il n'est pas en Poitou, mais il est au milieu de nulle part. Nous nous y rendrons comme on va auprès d'une source. Un banc de ressourcement.

12

-----------------

Ce banc se trouve à Castet, dans la vallée d'Ossau. Il est au pied d'une église perchée à flan de montagne. Mon conjoint m'y attend, je vais m'y installer avec lui pour préparer nos prochaines randonnées. On n'y regarde pas passer les gens puisqu'il n'y en a pas, on s'impregne du lieu, de la montagne, du pic d'Ossau qui  nous fait face. Pas un mot, pas un sourire, pas un geste, à peine un soupir de bien-être, et la certitude d'être exactement à sa place avec la furieuse envie de ne plus en partir. 

13

------------------------

Bagès, en montant vers la montagne verte. Un banc qui résume à lui seul la beauté de cette vallée d'Ossau. Et le bonheur que j'ai de venir y randonner régulièrement. La vallée d'ossau, ma préférée, peut-etre pas la plus belle d'entre toutes, mais celle qui se rapproche le plus de mon paradis intérieur. Je n'y invite personne et surtout je ne m'y asseois pas. Je laisse ce décor pur, cette fenêtre ouverte sur une vie simple et authentique, ce tableau de plénitude tel quel. Et bien sûr je me souviens de cette photo prise il y a 8 ans, sur ce même banc, pour illustrer mon second livre: "Haïze Hégoa". 

14

------------------

Sur le chemin de Listo. Je t'y invite Pastelle, puisque tu as été la première à évoquer ce banc sur ton blog, avec un petit clin d'oeil à mon intention. Listo, un des premiers endroits que j'ai arpenté lors de mon arrivée en Béarn il y a 12 ans. Listo, un village perché au dessus de la vallée qui m'a tout de suite attiré, envouté, émerveillé, au point de faire travailler mon imagination jour et nuit, jusqu'à cette idée saugrenue d'écrire un  livre à 4 mains dont l'histoire prendrait racine dans ce hameau un temps abandonné. Je monte chaque année à listo, et chaque année la même émotion me prend à la gorge. J'ai dû, dans une autre vie . . .  Allez savoir! 

15

 

------------------------

C'est une maison bleue, adossée à la montage, on y vient à pied, pour y aller il faut grimper 2 heures, ceux qui vivaient là (des bergers?) ne le savaient pas, que cette montagne était bénie des Dieux pour être aussi belle. Cette cabane au volets bleus se trouve sur la montagne verte, sur le versant qui fait face au pic et au village de Listo.

Près de la cabane, il y a ce banc et de ce banc on domine la vallée d'Ossau. Ici j'y amènerai ma fille aînée. Je voudrais lui expliquer pourquoi j'aime tant cette montagne, et pourquoi ce sera pour moi un crève coeur de la quitter le moment venu. Je voudrais lui dire que j'ai aimé mes enfants si fort que le jour où ils sont partis de la maison, j'ai pensé que ma vie ne serait plus qu'une longue nuit sans fin, triste et  inutile. Et puis la montagne ma guérie. Il y avait une vie sans eux, loin d'eux, un autre livre à écrire, et il passait par cette montagne. Je lui dirai que je n'aime qu'eux et que lorsqu'ils ne sont pas là, la montagne me console et j'y suis à ma place. 

16J'aurais pu mettre d'autres bancs et y inviter d'autres personnes, j'en ai tant photographiés . Ce sera peut-être pour une autre fois!