1C'est une rando pèlerinage que nous avons faite ce dimanche là. Cela faisait 14 ans que je n'y avais pas mis les pieds. Je tiens pourtant particulièrement à ce coin des Pyrénées et cela faisait quelques années que nous avions prévu de faire cette rando. Mais le temps passe si vite, et il y a tellement de coins plus près de chez nous à découvrir ou redécouvrir, que nous ne faisions que repousser ce pèlerinage. Ce n'est pourtant pas si loin de chez nous. Seulement 1h30 de voiture, et nous avons fait des trajets bien plus longs pour aller randonner. Il faut croire que nous attendions le bon moment. c'est chose faite.

Il faut d'abord que je vous explique pourquoi je tiens tant à ce coin des Pyrénées. C'est ici que j'ai découvert ces montagnes il y a plus de 30 ans. C'est ici que j'ai passé des vacances pendant 20 ans. Mes enfants, mes neveux et mes nièces, mes chiens ont arpenté ce bout de Pyrénées et j'y ai de beaux souvenirs. 

2Dimanche nous nous sommes garés devant cette grange que je connais par coeur puisque c'est celle qui nous a accueillis pendant des années. Elle appartenait à la meilleure amie de ma belle-mère qui nous la prêtait régulièrement. J'y ai invité à mon tour mes amis, ma soeur et ses enfants et ces vieilles pierres regorgent de souvenirs merveilleux. 

3Nous avons suivi le sentier qui débute juste en face de la grange, sentier que nous avons arpenté des centaines de fois, seuls étant jeunes, en amoureux, puis avec les enfants sur le dos, puis courant à côté de nous, en été, en hiver, au printemps. Ce dimanche, c'est dans le brouillard que nous l'avons emprunté.

4Sous le regard d'un mulet bien tristounet de ne pas voir le soleil. Malgré les nuages, il faisait extrêment lourd.

5Après presque une heure de marche, juste avant d'arriver aux granges de Grascoueou, comme pour nous souhaiter la bienvenue, un petit miracle s'est produit. 

6Nous sommes passés au dessus des nuages. Au dessous de nous s'étalait un océan blanc cotonneux

 

7Au dessus, les granges de Grascoueou nous invitaient à continuer la route. Exactement comme dans mon souvenir

 

8Nous avons accéléré le pas, pressés de les redécouvrir

 

9Alors que derrière nous se refermait l'océan de nuages. 

 

10Avant de monter plus haut, nous nous sommes arrêtés devant chaque grange

 

11Et nous avons égréné nos souvenirs. Nous qui ne parlons que très peu pendant nos randonnées, nous ne pouvions plus nous arrêter

 

12Il y avait tant de souvenirs à dépoussiérer

 

13Puis nous avons continué le chemin, montant au dessus des granges 

 

14Jusqu'aux crêtes de Grascoueou pour une vue à 360°

 

15Au nord l'étroite vallée d'Aulon

 

16Au Sud la vallée d'Aure

 

17Au S-O le Pla d'Adet et sa station de ski

 

1826° même à plus de 1600m, nous avons tombé les t-shirts pour les faire sécher, nous sommes assallis par les mouches, le temps est à l'orage.

 

19Nous sommes restés un long moment sur les crêtes, poussant jusqu'au Cap de Pède (1604m) puis nous avons entamé la descente

 

20En dessous des granges, c'est St Lary

 

21La vallée d'Aure

 

22

23Balto cherche le moindre petit coin d'ombre pour s'abriter du soleil, faut dire que ça tape fort!

 

24

25

26Ce coin est magnifique! Dans quelques jours les troupeaux auront pris ici leur quartier d'été

 

27Pendant toutes les années où je suis venue en vacances ici, je voyais un berger, sans doute dipsaru depuis, il portait une parka orange et on le voyait arriver de loin. Je crois que c'était le dernier berger de Soulan, il passait souvent près de la grange et arppentait ce bout de montagne une bonne partie de l'année. 

 

28Dans la descente, Balto trouve une mini cascade et en profite pour se doucher, il a chaud!!!!!

 

29Nous avons attendu d'être de retour à la grange, inoccupée ce w-end là, pour s'installer devant et casser la croûte. Rien n'a changé, toujours le même grand arbre devant la bâtisse. Un peu plus bas sans doute encore un filet d'eau coule dans le petit ruisseau où Charly faisait un barrage, nous expliquant que lorsqu'il serait grand il acheterait une grange dans la montagne, avec un ruisseau juste devant pour continuer à faire des barrages. Peut-être cette grange-là! Aujourd'hui, Charly a 32 ans, un petit garçon de bientôt 3 ans et il vit loin d'ici. Dans un futur proche il montrera sans doute au petit Tim comment on fabrique un barrage dans un ruisseau! 

 

11-27-2010_073 (2)Photos prises en 1990 et en 1996 au même endroit

 

30Balto, épuisé par la chaleur, entame une bonne sieste

 

31Avant de repartir, nous poussons jusqu'à Soulan

32C'est ici que nous venions faire le plein d'eau potable. Il n'y a plus de corvée d'eau potable, juste des souvenirs!

33