1Hier, l'homme et moi avions un besoin viscéral de nous retrouver en  montagne. Les évennements de ces derniers jours nous ont laissés, comme vous tous, sur le carreau! Comment exprimer notre peine, notre solidarité avec les victimes, si ce n'est en se rapprochant le plus possible du ciel? C'est ce que nous avons fait hier. Nous sommes partis pour une longue randonnée qui nous a menés sur l'un des pics les plus hauts et les plus connus des Pyrénées: le Pic du Midi de Bigorre, qui culmine à 2872m.

Départ du col du Tourmalet (2100m). Nous empruntons une piste large et poussiéreuse, pas très agréable en vérité, et pas mal fréquentée, mais c'est le chemin le plus court pour monter au pic et si ce sentier me change des tous ceux qui serpentent sur les sentes des Pyrénéees, le trajet en vaut la peine car au bout, c'est magique. 

2

3

4Après une bonne trentaine de minutes, nous apercevons le pic au détour du chemin:

5Sur le chemin, nous découvrirons trois sites, avant d'atteindre le sommet:

6Le premier est le lac d'Oncet, situé à 2254m d''alt:

7Puis nous arrivons sur le col de Sencours (2378m, autrefois nommé le col de Cinq-Ours)  où se trouve les vestiges de l'hôtel de Sencours qui y fut bâtie en 1856. Une station météorologique provisoire y fut établie en 1873.

Ce sont le général de Nansouty et l’ingénieur Vaunessat qui s’employèrent à la construction des premiers bâtiments. Pour démontrer que l’hivernage était possible sur les hauts sommets, Nansouty resta à l’hôtel pendant  l’hiver 1874. Au cours d’une tempête très violente, les ouvertures et la porte du refuge furent brisée. Le général fut obligé de redescendre à Gripp dans des conditions terribles (il mit 16 heures pour atteindre la vallée)

Le général de Nansouty, l'observateur Baylac et un cuisinier passèrent six hivers au col, faisant tous les jours quatre séries de six à dix relevés météorologiques au mamelon Plantade (du nom de l’astronome Plantade qui mourut d’une crise cardiaque sur ses pentes en 1751).

Des instruments de mesure furent aussi placés au sommet du pic du Midi.

L'observateur Baylac faisait une fois par jour l'ascension du Pic pour aller faire un relevé à midi 43

Dès 1880, les observateurs purent s'établir dans les bâtiments définitifs au sommet du pic du Midi.

8Vue sur le pic de Bigorre depuis le col de Sencours:

9Continuons de monter:

10Le lac d'Oncet se fait plus petit à mesure que nous prenons de la hauteur:

11Nous sommes en vue du troisième site, l'hôtel des Laquets:

12Le décor se fait  lunaire:

13Et la vue sur les sommets alentours splendide:

14L'hôtel des Laquets qui se situe sur le Col des Laquets, à 2637m d'alt:

15Ce refuge fut construit pour remplacer celui de Sencours. Abandonné vers les années 2000, il était auparavant le seul confort des marcheurs et des travailleurs venant installer l’observatoire, situé à quelques 300 mètres au-dessus. Avec l’ouverture d’un téléphérique, le chemin passant par le refuge est devenu obsolète… de même que le refuge. Mais tout espoir n’est pas perdu, car un projet de reconstruction a été lancé en 2014. L’idée est d’en faire un hébergement de haute montagne de qualité relié au Pic du Midi par un téléphérique: 

16Il faut maintenant emprunter un sentier étroit à travers les rochers et les pierres pour atteindre le pic.

17Vue sur Tarbes en montant vers le pic:

18Et plus loin Pau:

19

20Gros dénivelé en peu de temps (300m en 40 minutes à peu près, ça fait mal aux mollets:

21En dessous, le refuge des Laquets s'éloigne très lentement, c'est quand qu'on arrive?

22Encore 100 mètres, je compte mes pas:

23Hourra, j'y suis arrivée!!!!!

24Quelques marches pour accéder à la terrasse supérieure:

25Le pic du Midi de Bigorre est l'un des sommets les plus mafestueux des Hautes Pyrénées. Il est accessible par tous. Les randonneurs préfèreront la marche à pied, les autres pourront monter grâce au téléphérique (le premier fut installé en 1852). Le départ se trouve à la station de la Mongie. Il franchit les 1000 m de dénivelé en 15mn. 

26Vue exceptionnelle et l'impression de vivre un moment d'émotion intense. Je n'avais jamais eu l'occasion encore de monter jusqu'ici. Je suis à la fois fière de l'avoir fait et heureuse d'être à cet endroit là aujourd'hui même, en totale communion avec la montagne et consciente du privilège que je vis: 

27

28

29

30

31Le téléscpoque  de 2m Bernard Lyot

32Juste à côté du bâtiment qui abrite les chercheurs et astronomes. 

Les simples visiteurs qui viennent dormir au pic sont logés sous la terrasse où nous sommes (en ce moment le pic est fermé au public)

33Au Sud le cirque de Gavarnie et la brèche de Roland bien visible:

34Au Nord la plaine et Tarbes:

36Nous avons mis 2 heures 30 pour monter jusqu'au pic (sans les pauses) Il y a pas mal de randonneurs  aujourd'hui sur le pic (on est dimanche) Nous décidons de redescendre au Col des Laquets pour manger. Dernier coup d'oeil au vaisseau des montagnes: 

37Retour en 2 heures et en images:

38

39

40

41

44

45

46

47

48

49

50

51

52

53Arrivés au col du Tourmalet, nous avons eu la surprise de rencontrer un lama:

54Je finis en beauté en vous montrant 2 photos prises par mon homme. Il y a quelques années, il  a eu la chance dans le cadre d'un séminère, de dormir au Pic, et  d'assister au coucher du soleil:

DSCN1777

Il y a toujours puisque je le dis
Puisque je l'affirme
Au bout du chagrin une fenêtre ouverte
Une fenêtre éclairée

P. Eluard

DSCN1774