Je voudrais avoir de beaux et grands principes, de ceux qu'on brandit en étendard. Savoir toujours, de quel côté pencher, avoir des valeurs, aimer les donner en exemple.
Mais je ne suis qu'humaine et je trébuche parfois, sur ma colère, mes frustrations, ma peur aussi.  
Chacun a sa part d'ombre, la lumière ne peut pas être toujours là.
Je suis contre la peine capitale: peut-on être juge ou bourreau, avoir droit de vie ou de mort? Je reste du côté de la lumière, du côté de ceux qui donnent la vie.
Mais si tu touches à mon enfant, je pencherai du côté de l'ombre, pour te couper les mains, celles qui ont osé arracher un bout de mon cœur, et puis prendre ta vie, pour venger mon petit.
Je ne suis qu'humaine, ma douleur hurle, ma raison se fait murmure.
Je suis du côté des opprimés, qu'ils soient victimes de guerre, ou exilés forcés.
Je suis aux côté des soldats qu'on envoie à la boucherie, pour quelques mètres gagnés sur l'ennemi.
Je suis du côté des justes, de ceux qui ont sauvé, au péril de leur vie, des enfants juifs ou polonais. P6220075
Je suis aux côtés des femmes, tondues sur la place publique, pour avoir aimé l'ennemi.
Je suis du côté des maquisards qui ont donné leur vie, pour un pont détruit. 
Mais si j'étais née cinquante ans avant, comment me serai-je comportée?
Aurais-je osé prendre les armes et affronter l'ennemi? Aurais-je eu le courage de cacher un juif au péril de ma propre vie?
Aurais-je empêché l'homme de tatouer une croix gammée sur un crâne de femme rasé?
Et si j'avais été « pris » aurais-je pu me taire sous la torture?
Aurais-je eu le courage d'arrêter les wagons de la honte? Aurais-je eu le cran de dire « stop au tyran »
Est-ce que j'aurais su qui de Pétain ou De Gaulle avait fait le bon choix? Et si je m'étais trompée?
Est-ce que mes grands principes ne seraient pas partis en fumée, n'auraient-ils pas pris la fuite, par lâcheté, ou par ignorance?
Et si j'avais penché du côté de l'ombre, si j'avais été de ceux qui dénoncent, pour un kilo de pain, pour un sac de charbon?
Et si j'avais quatre-vingt-dix ans, serais-je fière de mon passé? Ou bien vivrais-je de remords.
Je crois savoir, toujours, de quel côté pencher, c'est la lumière qui m'attire, c'est vers elle que je tends, par principe. Mais si...
Je ne suis qu'humaine après tout!

Pour Kaléïdoplumes