L’arrière pays de Sagone : 11 mai 2010.

Image de carte

Nous partons à la découverte  de quelques villages de montagne. Nous commençons par les villages qui sont sur l’aval de la liamone.

Ambiegna

P7220190

P7220192

P7220193

  Arro: nous nous enfonçons dans le maquis

P7220189Lopigna

P7220180

P7220184

Alors que je m’apprête à photographier une maisonnette parfaitement restaurée, un couple de personnes âgées m’accostent. Ce sont les propriétaires. Tous les deux sont octogénaires. La dame est née ici mais vit à Paris depuis 65 ans. Elle a hérité de cette maison que le couple a fait restaurer il y a 35 ans.

P7220182

Depuis ils y viennent chaque année de mai à aout.

P7220181La maison possède une pièce en rez de chaussée et une minuscule chambre mansardée à l’étage. La maisonnette est typique de ces montagnes.

P7220185

P7220187

Le village est quasi désert l’hiver et l’été le soleil tape fort. Le couple est attaché à cet endroit et conclut: “Nous viendrons ici tant que nous pourrons nous déplacer”. Comme je les comprends.

Vico:En amont de Sagone, la vallée de Liamone forme le cœur d’une région montagneuse et sauvage ayant Vico pour capitale.

P7220194

P7220199

Grosse bourgade située à une vingtaine de km de la mer, c’est un village  très animé. Sa rue principale est à peine plus large qu’une automobile  Ses maisons sont hautes et percés de persiennes. Elle paraît loin la frénésie du littoral

P7220200

P7220203

Les cafés étendent leurs terrasses un peu partout dans la ville S’enfoncer dans les ruelles pour trouver la bonne lumière est un vrai plaisir. Sur la colline d’en face se dresse le couvent St François.

P7220198Si la méditation vous tient à cœur , ou si votre budget  est limité, il possède un gîte d’étape  Son église date du 17ème siècle et on y trouve le plus vieux christ  en bois polychrome de Corse , datant de la fondation du couvent en 1481.

P7220196-1C’est un havre de paix

P7220202Avec pour seuls bruits au lointain les cris des enfants qui jouent dans la cour de l’école, sur le versant d’en face.

P7220197Nous poursuivons notre route. Ça et là dans la montagne des petits hameaux très isolés, comme des bouquets posés dans des écrins verts.

P7220195Les gorges du Liamone

P7220204

P7220208

P7220205

Roches cassées, concassées. 

P7220207Très impressionnantes. Et juste après cette traversée à haut risque, je découvre enfin ce que je suis venue chercher: le village abandonné.

P7220213Muna  m’émeut, me ravit, m’amène vers un autre ailleurs

P7220212Pour monter au village, il faut laisser sa voiture sur le bas côté et grimper par un chemin piétonnier, creusé dans la roche, sur 100m de dénivelé.

P7220209

Les premières maisons sont à moitié en ruine, face à la montagne, contre la montagne.

P7220220P7220210

P7220211

Plus j’avance dans le village et plus la Corse s’ouvre à moi. C’est dans un silence religieux que je continue mon pèlerinage, m’arrêtant à chaque angle de maison.

Je ne sais quels mots employer pour décrire ce que je ressens.

Deux ou 3 maisons sont retapées, elles sont habitées en été.

Voila le four à pain, qui porte sans doute dans ses pierres toute l’histoire de ce village,

P7220217La petite chapelle sur le mur de laquelle je déchiffre les “morts pour la France”. J’en déduis que 2 familles se partageaient le village.

P7220216

P7220215Un peu plus haut, au beau milieu de nulle part, dans ce village fantôme, surgissent 2 chats qui m’accueillent en miaulant.

P7220218Et puis là, dans cette montagne Corse, j’ouvre de grands yeux ébahis.

P7220225Dans un jardin, il y a un  monsieur qui bêche . Il bêche sous le soleil de Corse, en bleu de travail. Il relève la tête pour répondre à notre bonjour puis reprend sa besogne. Ahurie, j’ai l’air ahuri. Et puis j’ose, la conversation s’engage.

P7220220Il ne se souvient plus depuis quand le dernier habitant est parti. Il vit là depuis toujours avec sa famille.. Il cultive son jardin, ça pousse bien ici, dans les montagnes. Il est heureux et ne donnerait sa place pour rien au monde. Je lui dis qu’il vit dans un endroit magnifique et très émouvant. Il me répond qu’il sait.

P7220221Je lui demande alors l’autorisation de le prendre en photo. Il dit oui et il prend la pose. “Je vais faire le singe alors!”

P7220219Je lui réponds que non, que ce n’est pas une simple photo de touriste, que j’aime les vieilles pierres et les gens qui y habitent, que j’aime raconter des histoires, et que c’est pour ça que je souhaite le photographier. Il me répond: “Vous allez faire un livre alors” Je lui dis que c’est un peu ça. Il reprend son travail et nous grimpons jusqu’en haut du village.

Une bâtisse en ruine et des croix tout autour, peut être une ancienne chapelle et ses tombes tout autours.

P7220222Plus bas, un âne, qui sert sans doute à remonter les courses de la route.

P7220223Nous redescendons.

P7220224Le  monsieur nous salue encore. “Elle est dure la terre!”. Oui, et il vous faut du courage pour manier les outils. “J’aime ça, bonne vacances m'sieurdam'!”. Merci, bonne continuation monsieur. Sur le retour, je dis mon émoi à l’homme d’avoir découvert ce village. Il avoue qu’il est touché aussi par la beauté du lieu.

P7220226Nous repartons en bord de mer et nous arrêtons sur la plage, comme tous les soirs.

P7210176

Ici, les fleurs poussent même dans le sable

.P7210177

P7210178

Et c’est les pieds dans le sable que j’écris sur le cahier le bonheur de ma journée.