Un écureuil en point de mire,

Tout près de moi me donne la rime.

Mire ou rime, quel est mon crime?

Si ce n'est de suivre une consigne!

.....................................................

Alors que certaine vilaine plume

de jalousie en passe-droit  écume,

Je n'en n'ai cure, moi, je me gave de mûres,

De loin les préférant à un bon rhume.

.......................................................

Colocataire de mon banc pour un instant prêté,

Le petit écureuil de moi s'est approché.

Me tend son museau légèrement mouillé,

Bon sang! Il ne manque pas de curiosité!

............................................................

A ma grande surprise, tout à coup il se met à rire,

Puis entame une conversation parsemé de rimes en IRE.

Je comprends alors qu'il parle de faire cuire,

Des conserves avant un hiver qui ne sera pas pire.

...............................................................................

Pensant à Kaléïdoplumes, il faut maintenant que j'assume,

Cette histoire lourde comme une enclume.

Je termine donc par mes mûres ainsi qu' un agrume

Que je donne à l'écureuil pour qu'à la saison il se remplume!

..........................................................................

Et l'automne alors, y as-tu songé?

Oui, mais j'ai fini par le laisser de côté,

Puisqu'il ne rime ni avec plume, à mon grand regret

Ni avec rire, malgré toute ma bonne volonté!

....................................................................

(écrit pour la consigne 92 de Kaléïdoplumes)

...................................................................