« C'est la première fois que vous m'en parlez! »

Voilà ce qu'il m'a dit. En deux ans, c'est la première fois que je parlais de l'écriture et du piano.

Ce sont les 2 choses les plus passionnantes pour moi et je n'en n'ai jamais parlé à mon psy.

On a parlé de mes progrès, de mes échecs dans ma thérapie comportementale.

On a mis en place des objectifs.

Au début, j'ai parlé des attaques de panique, puis de l'agoraphobie.

Ensuite on a bifurqué sur mon plus gros handicap: l'anxiété sociale (il préfère ce mot à phobie)

Des petits trucs pour affronter, il m'en a donnés plein. J'ai essayé de faire mes devoirs au mieux. Je rendais mes exercices à temps: un café par ci, une autoroute par là, un pétage de plomb au boulot, quelques vérités bonnes à dire,  envoyées par ci par là.

Depuis le début du mois, je n'ai plus à « affronter ». Boulot terminé, plus de pression.

Alors je me recentre sur moi et sur ce que je veux faire.

Des décisions à prendre, je ne sais pas comment m'y prendre. Il me donne une astuce:

«  Écrivez le pour et le contre et pour chacun les conséquences que ça entraîne. Mettez des points, faites le calcul et prenez la décision en fonction du résultat »

Bien! Tout ça paraissait simple. Pas tant que ça. J'ai mis le pour et le contre puis j'ai été incapable de poser les conséquences, ni de mettre une note.

Ce sera pour la prochaine fois. Mais le positif c'est que dans le POUR, j'ai mis:

  • Je  me remets réellement à travailler le piano

  • Je   prends plus de temps pour écrire et lire

  • Je  finis de corriger mon livre et en écrire un autre.

C'est là qu'il m'a coupée.

« Vous n'en n'avez jamais parlé, c'est ce qu'il y a de plus important dans votre vie et je l'apprends aujourd'hui »

Parce que ce n'est pas si important, je joue très mal et je n'écris que pour me défouler.

« On ne vous fait pas de compliments sur votre écriture? »

Si et ils sont souvent positifs.

« Alors? Vous ne les croyez pas? Ou bien vous refusez les compliments! »

Je les refuse car je ne sais pas quoi en faire. Je pense qu'ils se trompent! J'ai toujours l'impression qu'on parle de quelqu'un d'autre, que ce n'est pas moi, ou bien qu'ils mentent ou bien qu'ils ont juste envie de me faire plaisir.

« Pourquoi vous les refusez? »

Bonne question, je n'en n'ai aucune idée........... Je crois que c'est parce que j'ai peur!!!

"C'est un schéma que vous reproduisez à l'infini.

C'est comme un mauvais pli sur une feuille de papier, on n'arrive pas à le faire partir. Il faut alors déplier la feuille, bien la plisser et la replier correctement".

Je ne sais pas comment m'y prendre!

"Nous verrons ça la prochaine séance!!!!!!!!!!!!!!"

En rentrant chez moi, j'ai eu l'irrésistible envie de lui téléphoner à lui, mon ami de là-bas, pour lui poser la question, pour apprendre à accepter sa réponse que pourtant je connais depuis longtemps.

« Réellement, tu crois qu'il est bon mon livre? »

Maintenant, je vais essayer d'accepter sa réponse.......... Je suis quand même en train de le corriger ce livre. Laissé en plan depuis 2 ans et demi, il était temps!