4ème texte du marathon des blogueurs (suite des 2 précédents textes)

A l'instant précis où on lève les yeux sur elle. Juste au moment où on réalise que notre fille a 20 ans, que l'enfant qu'elle était n'existe plus, on la voit comme autre. On se sent perdue. Il faut trouver sa place, changer le rapport, y trouver son compte.

On attend d'être seule, puis on se glisse dans la salle de bain.

Sa fille devenue femme, c'est comme une évidence: le temps a passé.

On fixe le miroir et on voit un peu plus les rides au coin des yeux. On compte les tâches brunes sur les mains.

On observe les poches de fatigue qui mangent le visage.

Et puis la peau qui s'affaisse légèrement au coin des lèvres.

Le cheveu devenu plus fin, plus terne, les paupières plus lourdes.

Le temps a passé, sur elle, sur nous.

Si dans la tête tout paraît intact, à par peut être l'impression de retenir moins bien, d'oublier plus vite, le corps lui, accuse les coups de la vie.

Il y a ce ventre un peu moins plat, cette taille un peu plus épaisse.

Des épaules qui s'affaissent un peu plus.

On a mal à la tête un peu plus souvent, des douleurs dans le dos au changement de temps.

Les années qui ont filé, pour elle, pour nous aussi.

Bien sûr on avait déjà remarqué ces petits changement. On a plus 20 ans. Mais c'était plus acceptable avant, quand on minimisait peut être les effets du temps.

Là, devant son miroir, à cet instant précis, cela devient presque intolérable.

Parce qu'on sait qu'une autre a pris la place, dans la fraîcheur de son âge.

Parce qu'on réalise soudain que le peau douce, le regard pétillant, le sourire parfait, pour nous, c'était avant.

Parce qu'on comprend tout à coup, à cet instant là, où le miroir nous renvoie cette image de femme "mûre", qu'il ne reste plus que "du temps qui reste"

On sait que vieillir, c'est de toute façon inéluctable. Mais on voudrait encore une fois arrêter le temps. On veut faire de la résistance

On cherche du réconfort dans la ressemblance qu'on a avec sa fille. On se rassure à travers les mots de ses enfants qui vous assurent que "tu ne fais pas ton âge".

C'est vrai, ta fille te ressemble. Deux gouttes d'eau identiques, ou presque........Mais c'est une photo de moi, lorsque j'avais 20 ans.

Depuis il y a ces rides au coin des yeux, ce sourire plus triste.

L'ovale du visage moins bien dessiné.

Et puis quand même, il faut bien me l'avouer. Je la trouve tellement plus belle. Que j'en suis fière!