Je viens de finir le marathon des bloggeurs. J'ai écris pendant 9 heures d'affilées et j'ai pondu 10 textes. Je suis épuisée, mais contente de ma performance :o)

Texte 2: L'évidence

Ca arrive d'un coup, en un instant. Pourquoi à cet instant précis? Je ne sais pas, peut être parce que tout simplement c'est le bon moment.

On discute, comme souvent. Elle nous parle de la pluie, du beau temps. Rien de plus, rien de moins que les autres fois. Y a t-il un mot en plus? un mot de trop? Ou peut être un regard, une expression, un geste.

On ne sait pas. Toujours est-il que c'est juste à cet instant là, à ce moment précis.

Est-ce dans ses yeux qu'on le lit tout à coup? Est-ce que cela devient une évidence dans l'instant? Ou bien est-ce le fruit d'un long cheminement intérieur, qui aboutit à cet instant là, à ce moment là.

C'est un jour comme un autre, une heure parmi tant d'autres, un minute identique à une autre. On est juste là, face à face. Une mère, une fille.

Elle parle, on l'écoute. Mais l'écoute-t'on vraiment? On est parti ailleurs. Au fond de ses yeux verts, et puis sur son front où on remarque juste un petit pli de concentration. On glisse le long de sa chevelure soyeuse à l'instant où elle rejette une mèche en arrière d'un geste vif. Alors on s'attarde sur se joues un peu moins rebondies qu'avant. Il y a ce petit nez en trompette, un peu plus affiné, et puis ce menton bien dessiné, un rien allongé.

Une bouche qui laisse apparaître des dents parfaitement alignées.

Elle est petite, mince, une poitrine fièrement arborée sous un vêtement habilement décolleté.

Sa taille est si fine qu'on l'entourerait d'un simple bras, et ses hanches élargies embellissent sa silhouette.

Son petit ventre plat accueillera un jour peut être, un enfant.

Elle parle et parle encore. Mon dieu, quelle bavarde. Toujours quelque chose à dire, un avis sur tout.

"Mais tu comprends, maman......."

Oui, je comprends. L'évidence tout à coup, à cet instant là, à ce moment précis. Sur son visage moins poupin, sur son corps devenue adulte, dans ses mots devenus précis.

Oui, je lis dans ses propos si cohérents, dans ces phrases si bien faites.

C'est dans sa façon d'être, qui pourtant n'a pas changé depuis hier, depuis l'année dernière. Mais c'est juste à cet instant précis, à ce moment là, quand elle lève le regard sur moi. A travers chaque lettre du mot maman, prononcé tendrement, qu'on réalise soudain.

Ma fille est une femme, hier elle était si petite, aujourd'hui c'est comme une évidence.

Ma fille est une adulte, cela change tout pour moi. C'est devant qu'elle se place, face à la vie, face à ses futurs amours, ses futures réussites, et le moins d'échecs possible.

Moi, je suis derrière, et tout à coup je réalise, il y a ces quelques rides.............