Et oui, voici mon 200 ème post. Un peu plus d'un an d'existence pour ce blog et 200 messages.  C'est ce qui s'appelle  fêter le nouvel an non?

Venez vous réchauffer près de la cheminée. Juste avant de vous souhaiter  plein de bonnes choses pour 2007, je vous prépare un petit chocolat chaud et je vous raconte une histoire. Que diriez vous d'une légende?

La légende de l'archer YI

 

 

Lorsque les dix soleils apparurent en même temps, les terres et les arbres furent brûlés. Yao ordonna alors à l’archer Yi de décocher ses flèches vers le ciel, ce serait sa dernière mission et s’il y parvenait , il reprendrait sa liberté et tournerait la page de son destin.

L’archer Yi atteignit neuf soleils ainsi que les neuf corbeaux qui se trouvaient à l’intérieur . Ne resta plus dans le ciel immense qu’un seul et unique soleil . Il déposa alors au pied de Yao son arc et ses flèches, et partit sur les chemins laissant derrière lui un peuple en liesse chantant et dansant le retour à la vie de la nature.

Il n’avait sur lui qu’un vêtement léger et un sac en toile remplit de quelques victuailles . Il marcha ainsi des jours et des nuits, en direction de l’ouest , parcourant d’immenses étendues désertiques, traversant des fleuves , escaladant de montagnes , dévalant des collines, reprenant des forces à même le sol, au pied d’un arbre ou au détour d’un chemin .

Et puis un jour il s’arrêta enfin. Il avait trouvé l’endroit , celui qu’il avait tant de fois vu dans ses rêves .

C’était au pied d’une montagne, l’herbe y était rare et les arbres ployaient sous l’effet du vent qui soufflait en permanence. Il déposa son sac et décida que son voyage s’arrêterait là. Il fit d’une niche creusée dans le rocher son abri  La solitude deviendrait son amie .

Il passa les premières semaines à découvrir son nouvel univers, parcourant de longues distances autour de sa tanière, se nourrissant de racines , buvant l’eau des sources , écoutant le bruit du vent, s’inondant de la clarté du soleil. Puis ,les semaines passant, il se recroquevilla davantage, se nourrissant de moins en moins, dormant de plus en plus, se déplaçant le moins possible.

Il descendait doucement dans les profondeurs de son moi intérieur, partait à la recherche des sensations originelles, se coupant lentement de la vie. Il finit par ne plus se nourrir, prenant de moins en moins de place sur le sol, recroquevillant chaque muscle de son corps jusqu’à retrouver la position foetale.

A force de méditation, son esprit se vida de toutes pensées et une nuit il vit enfin ce qu’il était venu chercher : il découvrit son âme.

La légende dit que la haut sur la montagne, un souffle léger sort de terre pour envelopper le visiteur. Et si on se laisse porter par cette brise envoûtante, on aperçoit au loin vers l’horizon, là ou la cime rejoint le ciel, un archer visant le soleil de sa flèche dorée.

 

Une fleur pour chacun de vous, les habitués, les  amis, les intimes, les "attéris ici par hasard".  Que la nouvelle année vous soit douce.